La ministre et la danseuse

Ursula Lehr et Fe Reichelt sont pour nous des modèles important pour vieillir positivement – chacune de son côté. Ursula Lehr, c’est la plus grande lobbyiste pour les séniors en Allemagne. Elle parle avec tous les décideurs pour rendre notre pays plus vivable non seulement pour les vieux, mais aussi pour les enfants et pour tout le monde. Fe Reichelt, c’est une pionnière de la thérapie de la danse. Elle a étudié chez Mary Wigman et développé sa propre méthode sous l’ influence de son enfance en Chine, qui connecte le corps et l’esprit. Découvrez-les le 8 avril sur ARTE!

"Und jetzt machen wir den Tiger!" Fe Reichelt im Unterricht © Peter Petrides
« Faites le tigre! » Fe Reichelt en classe © Peter Petrides

Fe Reichelt : Pionnière de la danse à visée thérapeutique

La danseuse Fe Reichelt (90 ans) a grandi en Chine, d’où elle a remporté des souvenirs d’enfance très vives et un penchant pour la spiritualité et la pratique corporelle asiatique. A Dresden, elle a suivi les cours de la célèbre Mary Wigman, pionnière de la danse expressionniste. Au cours des années et beaucoup de crises, Fe a développé son propre système d’exercice. Aujourd’hui encore, elle forme ses élèves à un apprentissage de la discipline à visées thérapeutiques et continue d’écrire des ouvrages de vulgarisation sur ses pratiques.

Ses élèves aiment son approche personnelle. « Si je vois quelqu’un, je n’ai jamais de préjugés, mais je le regarde profondément: qui es-tu au fond, quel est ton besoin? » Fe Reichelt n’a jamais laisser tomber : « J’ai remarqué au cours de ma vie, p.ex. après deux opérations des hanches, après on est complètement dépendant, mais c’est le jeu des petits chevaux, il faut commencer encore une fois. Et ça ne vaut rien de se fâcher, il faut juste commencer à zéro, et je recommence. »

Ursula Lehr - von morgens 5 Uhr an engagiert. © P. Petrides
Ursula Lehr – déjà engagé à 5 heures du matin. © P. Petrides

Ursula Lehr : Elle lutte pour les vieux en Allemagne

„Vieillir, mais oui!“, c’est le slogan de la psychologue Ursula Lehr depuis les années 60. Première ministre des séniors en Allemagne à la fin des années 1980 et chercheuse sur l’age à la réputation globale, elle est la précurseuse du mouvement des séniors aujourd’hui. Sans cesse elle arpente la république, les ministères et administrations, ainsi que des conférences internationales, pour prendre la parole et dénoncer des injustices et la négligence des désirs des vieux. Elle est présidente de la BAGSO, qui réunit tous les organisations des séniors en Allemagne. Elle est l’hôtesse du « Jour des Séniors », une grande conférence biannuelle, où elle recevoit Angela Merkel ou sa successeure, ministre Manuela Schwesig.

A la maison, elle accueille souvent ses petits-enfants Helmut et Larissa, tous les deux étudiants en Belgique, qui aiment discuter politique avec elle. Quand Helmut avait 15 ans, Ursula l’avait même hébergés pendant un an chez elle parce que ses parent au Méxique se souciaient de sa sécurité.

Pour Ursula Lehr, l’éducation joue un rôle central dans un « vieillissement compétent » ; une éducation qui commence déjà à l’école primaire et se poursuit jusqu’au grand âge. « Choisissez un engagement, une mission. Celui qui n’a pas de mission risque de démissionner », dit la créatrice du Centre allemand de recherche sur le vieillissement.

Découvrez Ursula Lehr et Fe Reichelt dans La retraite? Non merci!, la première partie de notre série Le meilleur est à venir, vendredi 8 avril à 23h45 sur ARTE!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *